Slideshow Image 1 Slideshow Image 2Slideshow Image 2Slideshow Image 2Slideshow Image 2Slideshow Image 2Slideshow Image 2Slideshow Image 2

La Qualité Certifiée

  • INTRODUCTION

     

    Nous donnons priorité à la vie, avons comportements responsables et suivons l’attitude philosophique de l’essentialité, ça va dire « moins choses superflues et matérielles, plus de richesse morale et spirituelle ».

     

     

    La planète Terre est le plus beau parmi ceux de l’univers : il est vivable et accueillant et abrite plants, animaux et l’homme dès millions d’années. Sauvegarder la vitalité de la terre signifie préserver les conditions fondamentales afin qu’elle puisse continuer à accueillir l’humanité et la nourrir avec aliments plus sains. Le soin de la terre et de tous les êtres vivants est fondamental pour sauver les mêmes hommes.

     

     

    L’actuel environnement planétaire est dans une phase chaotique et d’évolution rapide, compromis par l’exploitation indiscriminée des ressources naturelles. L’être humain est totalement troublé et dans une crise de valeurs et identité irrépressible. Il y personnes très pauvres et affamées et autres très riches et dépravées. Si on est encore en temps, on doit se focaliser de nouveau sur la valeur originale de la vie, son sens ancestrale, son essence tandis simple que riche de valeur, émotions, amour.

     

     

    AGRICULTURE BIOLOGUIQUE

     

    L’agriculture biologique est une méthode de production définie sous le profil législatif à niveau communautaire par avec un premier règlement, le Réglèment CEE 2092/91, remplacé successivement par les Règlement Reg. CE 834/07 et 889/08 et à niveau national par le Décret Ministériel 18354/09. Le terme « agriculture biologique » indique une méthode de culture et d’élevage qui permit l’emploi seulement de substances naturelles, ça va dire qui sont déjà présentes en nature, en excluant l’utilisation de substances chimiques (fertilisants, désherbants, insecticides).

    Agriculture biologique signifie développer un modèle de production qui évite l’exploitation excessive des ressources naturelles, en particulier du sol, de l’eau et de l’air en les utilisant au contraire dans un modèle de développement durable. Afin de sauvegarder la naturelle fertilité d’un terrain, les agriculteurs biologiques utilisent matériaux organiques et emploient techniques agricoles appropriées pour ne le pas exploiter de façon intensive.

     

    En concernant les systèmes d’élevage, on fait beaucoup d’attention au bien-être des animaux qui sont nourris avec herbes et fourrage biologiques et ne prennent pas antibiotiques, hormones et autres substances qui stimulent artificiellement la croissance et la production de lait, viande, œufs. En outre, dans les fermes biologiques, on doit avoir vastes espaces afin de permettre aux animaux de bouger en liberté.
     

    Pour l’agriculture biologique qualité est un mot plural. En effet, il y a les quatre qualités qui viennent seulement de l’application des normes de production européennes (Reg. CEE 2092/91). Il s’agit donc de qualités bien déterminées et obligatoires qui se réfèrent au meilleur impact environnemental, à la salubrité, à l’absence de OGM et à la garantie du système de contrôle et certification. Il y a, en outre, autres qualités qui regardent caractéristiques qui ne sont pas expressément requises par le Règlement communautaire, mais qui les producteurs, seuls ou associés, décident d’attribuer à leur produits en appliquant règles additionnelles ou comportements particuliers. Parmi ces qualités, qui s’évoluent sans arrêt, il y a par exemple le commerce équitable et solidaire, la souveraineté alimentaire et la construction d’un nouveau rapport entre ville et campagne.

     

     

    PLUS DE SANTE AVEC GOUT

     

    Sécurité hygiénique-sanitaire, contenu nutritionnel et qualité organoleptique, ça va dire se nourrir avec goût: voici la demande de chacun de nous des aliments qui arrivent chaque jour sur nos tables. Les produits biologiques, grâce aux techniques agronomiques adoptées et à l’absence de substance chimiques, sont normalement plus sûrs des autres sous le profil hygiénique-sanitaire. Différentes recherches montrent que la valeur nutritive des produits biologiques est souvent supérieure à celle des produits conventionnels. En particulier on a relevé fréquemment une présence majeure de précieuses substances antioxydants. Les études qui comparent le goût des produits conventionnels avec ceux biologiques en dénotent l’haut niveau de qualité. Leur reconnaissance est toujours plus fréquente dans les concours internationaux.

     

    PLUS AMI DE L’ENVIRONNEMENT PIÙ AMICO DELL’AMBIENTE

     

    Pollution de l’air, de l’eau et du sol ; érosion et perte de fertilité du sol; réduction de la biodiversité ; haute consommation de énergie et production de gaz à effet de serre (la « contribution » de l’agriculture est estimée environs au 7%) : voilà des problèmes crées par l’agriculture conventionnelle et que même sa version génétiquement modifiée n’a pas été capable de résoudre.

    Au contraire, l’agriculture biologique a montré d’être capable d’offrir des solutions à ces problèmes, soit par l’application du Règlement CEE, soit par les règles plus sévères adoptées volontairement pas les agriculteurs.

    L’agriculture biologique réduit au minimum l’émission de déchets dans le terrain, dans l’air et dans l’eau et garde la naturelle fertilité du sol, sauvegarde la complexité de l’agroécosystème et sa biodiversité, consomme moins d’énergie.

     

     

    LIBERTE DES OGM

     

    En 1991, quand le Règlement CEE pour l’agriculture biologique fut approuvé, les OGM – Organismes Génétiquement Modifiés étaient beaucoup moins connus et surtout beaucoup moins diffusés qu’aujourd’hui. Toutefois un article de ce règlement déjà en interdisait expressément l’emploi dans l’agriculture biologique. Le mouvement international pour l’agriculture biologique, qui avait voulu et promu ce règlement avait pressenti les risques de l’utilisation des OGM dans l’agriculture. Comme on a compris plus tard, il s’agit de risques qui regardent l’environnement, la santé humaine et la même possibilité des peuples de choisir que produire et comment se nourrir. La vie proposée par l’agriculture génétiquement modifiée est opposée à celle proposée par l’agriculture biologique: pour cela leur coexistence est impossible.

     

     

    ON CONNAIT SAIT CE QU’ON MANGE

     

    Connaître ce qu’on mange signifie connaître les lignes essentielles de la production d’un aliment, du champ jusqu’au point de vente. Deux conditions sont nécessaires pour rendre cela possible: un ensemble de règles que la production doit suivre et un ou plusieurs organismes indépendants qui contrôlent l’application des normes et la certifient aux consommateurs. Voici ce qui se passe pour les produits biologiques, par l’application du Règlement CEE 2092/91 à travers une activité d’inspection qui regarde soit le procès productif que le produit final, du champ à la table. Il s’agit d’un système que peut être amélioré est qui est actuellement sous procès de révision, après plus de vingt ans de son début. Toutefois, le biologique est encore aujourd’hui celui qui offre majeures garanties dans le champ alimentaire.

     

  • © PERRINI Azienda Agricola Biologica - ORGANIC VINE & WINE - Masseria Carabella, 74011 Castellaneta (TA) Puglia Italy
    Office Phone +39 328 8148068 - email perrini@perrini.it - PI 02188650739